Les trous du cul du jeu vidéo

Quand des connards se présentent comme des justiciers sociaux en défendant l’idée que les femmes sont bien représentées dans le jeux vidéo et les féministes trop présentes dans les médias.

You also get the creeping suspicion that even winning won’t be enough. When will they have they won? What are their demands? As far as can be seen, there are none – the campaign exists solely to constantly harrass and abuse people until they disappear. That’s the endgame – the destruction of individuals whose only crime is making comments about sexism – or worse, being sexually active. From the smirking tone adopted by Lizard Squad and more, it is hard to avoid paraphrasing what must also be a favourite movie amongst the attackers: some men just want to watch women burn.

The only way the ecosystem can improve is through the involvement of more women, more LGBT people, more of anyone who doesn’t conform to the white gamer-bro stereotype. That is exactly what the Twitter terrorists seek to prevent, and awesomely, is exactly what’s happening. Female gamers are rapidly on the rise – 48% of gamers are female, and adult females now double the number of the once-central under-18 boy demographic – and the collected assholes of the world can’t do anything about it. Women play games. If you can’t deal with that, maybe there’s something fundamental to your worldview you need to examine.

Video Games, Misogyny, And Terrorism: A Guide To Assholes | Badass Digest.

Le tout en réaction aux excellentes vidéo d’Anita Sarkeesian sur les réprésentations de la femme dans le jeu vidéo.

Infophotographie

Un image vaut mille mots et souvent une infographie vaut plusieurs images.
Peut on mélanger les deux pour donner une idée plus précise, plus frappante, d’une donnée statistique, une quantité par exemple?

En voici une démonstration élégante et effrayante :
Quel travail et surtout quelle exploitation déraisonnée faut il pour un résultat si infime, mais si rentable.

West O’okiep Mine, Okiep
284,000 tons of copper extracted

Photographer Dillon Marsh, whom we have featured earlier, returns with an intriguing photo series that explores the “price” of extracting precious metals and stones from South Africa’s numerous mines.

In his series ‘For What It’s Worth’, Marsh attempted to visualize the amount of copper and diamonds that lay hidden in the mines.

To give a stark visualization of the amount of copper present in the mines, Marsh added computer-generated spheres to his photos.

In contrast, photos that reveal the amount of diamonds present in the mine are almost hidden from sight—its representation is dwarfed by the large holes that were created during the extraction process.

Are you surprised by the sheer amount of precious diamonds and copper “unearthed” by Marsh in his photos? Check out the rest of his photos below.


Nababeep South Mine, Nababeep
302,792 tons of copper extracted


Kimberly Mine
14.5 million carats of diamonds extracted


Close-up of Kimberly Mine, detail showing the total diamond production


Blue Mine, Springbok
3,535 tons of copper extracted


Jagersfontein Mine
9.52 million carats of diamonds extracted


Close-up of Jagersfontein Mine, detail showing the total diamond production


Tweefontein Mine, Concordia
38,748 tons of copper extracted


Jubilee Mine, Concordia
6,500 tons of copper extracted

[via Visual News, Images by Dillon Marsh]

Lo vi en TAXI Daily News http://ift.tt/1pS3SAM

Algorithme et bonheur

IMG_0349-0.JPG
Une avis assez intéressant sur l’expérience de 2012 de Facebook qui a manipulé les murs de ses utilisateurs afin de modifier leur émotions.

A noter que l’auteur fait parti de Microsoft research New-England ce qui peux relativiser certains propos.

Cette approche plus psychologique que commerciale est intéressante car elle met en avant une autre facette sur le pourquoi de cette étude : Facebook nous préfère heureux car nous reviendrons alors sur Facebook.
Mettre en avant des contenus plus légers afin de fidéliser ses utilisateurs.

Facebook retouche activement le contenu que nous voyons. La majorité d’entre nous se concentre sur l’aspect commercial lié à cette pratique, mais la tâche principale des algorithmes est surtout de mettre en avant les contenus qu’ils pensent que nous avons envie de voir. Facebook détermine ainsi, par l’algorithmie, quelles publications d’amis vous verrez, non à des fins seulement commerciales, mais parce qu’ils veulent que vous reveniez sur le site jour après jour, que vous vous y sentiez bien, que vous n’y soyez jamais accablé. Leurs algorithmes servent quotidiennement à manipuler vos émotions. Quels critères participent à cette démarche ? Nous n’en savons rien.

Nous sommes manipulés. Nous le savons mais ce que nous trouvons désagréable, c’est que l’on nous le dise. C’est encore plus effrayant ainsi.

Pour le meilleur ou pour le pire, les gens s’imaginent que Facebook leur est offert par un dictateur bienveillant, que le site est là pour leur permettre de mieux communiquer avec les autres. Dans un certain sens, c’est vrai. Mais Facebook est aussi une entreprise. Et une entreprise publique, en l’espèce. Elle doit trouver le moyen de devenir plus rentable à chaque trimestre. Cela signifie qu’elle conçoit ses algorithmes non seulement pour vous adresser des publicités ciblées, mais aussi pour vous convaincre de revenir encore et encore. Les gens ont une idée abstraite de la façon dont cela fonctionne, mais ils ne le savent pas exactement, et ne veulent pas vraiment savoir. Ils veulent juste que le hot-dog soit bon. Que ce soit sous le sceau de la recherche ou des opérations, les gens ne veulent pas penser qu’ils sont manipulés. Alors, quand ils découvrent ce quoi est fait ce Soleil vert, ils sont outrés. Cette étude n’est donc pas vraiment ce qui est en jeu : ce qui est en jeu, c’est la dynamique sous-jacente de la façon dont Facebook gère ses activités, exploite son réseau, et prend des décisions qui n’ont rien à voir avec la façon dont ses utilisateurs veulent que Facebook fonctionne. Il ne s’agit pas de recherche : c’est une question de pouvoir.

Via www.rslnmag.fr

L’original en anglais sur http://socialmediacollective.org/

Drogue visuelle

Prenez de la drogue. Regardez cette vidéo.

gopro-on-wheel-of-car

Ryan Fox affixed a GoPro to the wheel of his car just to see what the footage would look like. Turns out it’s pretty trippy and slightly hypnotizing!  

 
Lo vi en TwistedSifter http://ift.tt/1n59yBT

Prendre de la hauteur.

Le monde est plus beau de là-haut.
earth-timelapse-from-iss-footage 

Using publicly available photographs taken by astronauts onboard the International Space Station, Bruce W. Berry edited this incredible timelapse sequence. All footage was color graded, denoised, deflickered, slowed down and stabilized and then complied and converted to 1080 HD at 24 frames/sec by Berry. Music: “Manhatta” composed & performed by The Cinematic Orchestra

Images…
Lo vi en TwistedSifter http://ift.tt/1r4P6JI