Le patron et la pitié, un drame français

Je sais copier coller des articles complets c’est mal mais celui-ci est définitvement trop bon!

C’est dans la périphérie du petit village de Jouy-en-Josas, sous quelques tentes et chapiteaux de fortune, que s’est installé pour quelques jours un camp de gens du Medef
Issus d’une minorité persécutée, chefs d’entreprises, héritiers, capital-risqueurs et autres précaires de la conjoncture boursière, marqués d’un badge au fer rose, ils se réunissent, hagards et apeurés, sans toit ni loi, un bol de saucisses-cocktail à la main pour tenir entre deux repas, dans ce qu’ils appellent une « université d’été » .
C’est l’ensemble de la filière patronale à portefeuille épais qui est rassemblé ici. Avec le souci de faire respecter l’ordre républicain, mais aussi la justice sociale, le gouvernement, attentif aux excès et aux zones sombres de ces milieux interlopes traînants une sombre réputation de fraude fiscale et de travail au noir, le gouvernement donc a décidé cette année d’ouvertement infiltrer le campement. 
Entre les assemblées plénières, les plateaux de macarons à la ciboulette, la consultation des cours sur l’appli Bloomberg, des témoignes recueillis par des reporters de la presse économique nous éclairent sur l’intensité du drame à l’intérieur du campement:
MARIE CHRISTINE OGHLY, vice-présidente du Medef
« – On se sent mal aimé, on se sent stigmatisé systématiquement !« 
GILLES REBIBO, Président de Mister Gold
 » – Nous sommes visés par la politique, nous sommes visés par l’administration en général. Nous sommes devenus des vraies cibles de toutes les administrations et c’est quelque chose qui devient insoutenable et insupportable.« 
Comment ne pas être ému devant la détresse de ce peuple pointé du doigt et contraint par une loi absurde et obsolète à encore payer, même peu, les travailleurs ? Comment ne pas être effrayé par ce retour aux heures les plus sombres de notre histoire. C’est à peine si, au détour d’un brasero où quelques DG en peine cherchent une flamme de réconfort histoire de porter à incandescence leurs Cohibas détaxés, on perçoit la timide lueur des jours meilleurs à travers les témoignages des jeunes entrepreneurs se berçant encore d’illusions :
CHRISTOPHE MATHIEU, DR du centre technique et industriel de la construction métallique
 » – Je suis dans une position d’espoir, car comme on dit l’espoir fait vivre mais surtout attentiste par rapport à tout ce qui va être mis en œuvre par le gouvernement.« 
Les « chefs« , comme la bleusaille ingrate et surpayée les qualifie, en appellent désormais au gouvernement. Comme Laurence, la représentante du camp, ils prônent plus de flexibilité, moins d’impôts pour eux et plus pour les autres et des baisses de charges aussi: le seul véritable obstacle à une vraie très bonne grosse rentabilité !

LAURENCE PARISOT, La chef du camp
«  – L’entrepreneur est comme l’albatros de Baudelaire : il se sent empêché, gauche, entravé par des réglementations aux contenus aporétiques.« 

Si rien n’est fait, c’est la perspective d’un exode qui se profile. Une émigration massive et incontrôlable, telle est la tragique destinée des minorités pestiférées sans défense et non-organisées, ne disposant d’aucun lobby, d’aucun relais médiatique.

GILLES REBIBO
 » – Il y’a de grosses inquiétudes. Même quand les entreprises qui fonctionnent bien sur les directions à prendre. […] et aujourd’hui je ne suis pas persuadé que les entreprises, à travers les discours que l’on entend, aient spécialement envie de se développer en France, mais sur d’autres pays européens ou le chef d’entreprise est respecté et rassuré. »
Le fatalisme l’emporte sur le patriotisme. C’est un crève-cœur, mais après avoir délocalisé les trois quarts des effectifs, ils menacent de s’en aller à leur tour. 
MARIE-CHRISTINE OGHLY
« – Voir que les gens partent à l’étranger moi ça me… J’essaye de me battre contre ça mais en même temps je comprends les chefs d’entreprise.« 
Cette déchirante vision de yacht-people affrétés en catastrophe, dans des conditions de promiscuité intolérables au niveau du minibar, naviguant d’un pays à l’autre au gré des réformes libérales, plein cap sur l’eden fiscal, doit nous alerter ! 
Le peuple des patrons ne doit plus subir ces discriminations. Il ne demande pas grand-chose, juste  le droit d’exercer à fond sa fonction, de jouir enfin du plein droit d’imposer à tous plus de devoirs. 
MARIE-CHRISTINE OGHLY
« – Ce que nous attendons de ce gouvernement c’est de permettre aux entrepreneurs de travailler, d’avoir une stabilité fiscale et juridique… Nous sommes très inquiets. Maintenant le discours du premier ministre me redonne un espoir, j’y ai entendu 5 fois le mot compétitivité.« 
La retraite à 112 ans pour les autres ne doit plus être un blasphème, la fin du salaire minimum, le licenciement express, les mini-jobs et l’échange de salariés sont possibles si tous ceux qui veulent changer le monde y mettent un peu du leur. Et au pays des droits de l’homme, est-il trop espérer que les mentalités évoluent et que patrons et actionnaires soient enfin considérés leur juste valeur: au-dessus du travailleur, donc pas soumis à ses lois à la con.
GILLES REBIBO
« Le coté fiscal est évidemment très important, mais comme je vous le disais le cote cérébral est encore plus important. Aujourd’hui le chef d’entreprise n’est pas compris. »
Certains, regroupés à la gargote Challenges spécial « la rigueur à Monaco« , prient pour l’abandon de la taxation à 75% des revenus supérieurs annuels à un million. D’autres jouent l’apaisement et tentent la médiation.


JEAN-PAUL O’MENY-BARNY, Directeur groupe Iris

«  – Vous savez il y’a des entrepreneurs qui sont aussi très solidaires, et qui sont socialistes [en hochant négativement la tête] et tous les entrepreneurs ne sont pas de droite. Moi-même j’appartiens à une génération qui est ni de droite ni de gauche [1], donc y’a pas une fronde contre le gouvernement ou un amour du gouvernement… faut voir ce que gouvernement là va faire, j’espère qu’ils vont avoir « l’esprit d’entreprise »« 
Le gouvernement prend la mesure de la crise sanitaire, de ses possibles dérives sur les comptes de la santé publique, et s’engage dans la lutte contre une stigmatisation des patrons qui n’a que trop duré et va croissant depuis l’instauration du programme du CNR de sinistre mémoire. Les discussions sont en cours, plusieurs délégations ministérielles ont pris la parole devant les assemblées du campement.  Pour l’instant, malgré la bonne volonté du gouvernement, il semble que subsiste encore la défiance chez les gens du Medef. 
Mais, gage de bonne volonté: tout risque de démantèlement est désormais écarté.
Merci à L’expansion

[1] de droite donc.

Illustation : Grapes of wrath, John Ford (1936)

Tout est politique – Le blog de Seb Musset: Le patron et la pitié, un drame français.

Communication 2

I am Barack Obama, President of the United States -- AMA : IAmA

J’avais déjà posté un article sur les capacités apparemment illimitées de communication d’Obama.
Il se trouve que la communication numérique d’Obama est aussi impressionnante : une discussion en directe sur Reddit pendant 30 min…
Nous, on a Nadine Morano sur Twitter!
I am Barack Obama, President of the United States — AMA : IAmA.
P.-S.: il est sur Mac…

Oubliez la fin du monde en 2012

Elle aura lieu en 2030 si le temps le permet… voir en 2020.

Le point essentiel, que tous les gouvernements, que toutes les entreprises, tout les média auraient du noter, est que le rapport de 2012 confirme celui de 1972. Celui-ci donnait soixante ans au système économique mondial pour s’effondrer, confronté à la diminution des ressources et à la dégradation de l’environnement. La situation est confirmée par la formule du Smithsonian Magazine, «The world is on track for disaster…», autrement dit, “tout se déroule comme prévu pour que survienne le désastre”.

Club de Rome

1972-2012 : le Club de Rome confirme la date de la catastrophe.

Sources
plantri.gif Nouveau rapport du Club de Rome http://www.clubofrome.org/?p=3392
plantri.gif Article du Smithsonian Magazine http://www.smithsonianmag.com/science-nature/Looking-Back-on-the-Limits-of-Growth.html#ixzz1rEEVUFqq
plantri.gif Rapport du Club de Rome 1972. Halte à la croissance http://fr.wikipedia.org/wiki/Halte_%C3%A0_la_croissance_%3F

Le carburant le moins cher, c’est celui que l’on ne consomme pas

Ne nous voilons pas la face : la hausse du prix du pétrole est inéluctable. L’extraction d’hydrocarbures non conventionnels en France et à l’étranger, ainsi que les coûteux agrocarburants, ne feraient que reporter de quelques années notre nécessaire sevrage et le litre de carburant sera toujours plus coûteux pour l’automobiliste français. La meilleure façon de protéger ce dernier des effets de cette hausse structurelle consiste à l’orienter vers des modes de transports collectifs et plus doux, et lorsque l’automobile est la seule alternative possible, à alléger sa consommation globale de carburant. C’est possible, notamment en obligeant les constructeurs à produire des voitures moins gourmandes en pétrole. A ce titre, le règlement européen sur les émissions de CO2 des voitures en discussion à Bruxelles peut être le déclencheur le plus efficace d’une indispensable mutation industrielle.

via Six pieds sur Terre: Tribune: le carburant le moins cher, c’est celui que l’on ne consomme pas.

Dream Music II

Time lapse et musique…
Joli!
Dream Music II: A Trippy Stop-Motion Music Video Made from 15,000 Stills | Colossal.

Ca y est, on vit à crédit

Mauvaise nouvelle pour la planète. Cette année, il n’aura fallu que 234 jours à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an. Nous avons atteint, mercredi 22 août, le « Global Overshoot Day », le « jour du dépassement ». En d’autres termes, nous vivrons à crédit jusqu’à la fin de l’année.

Mercredi 22 août, « jour du dépassement » pour les ressources mondiales.

Dans 2 semaines, tu seras enceinte…

Ou plus précisément : quand tu apprendras dès le jour 1 que tu es enceinte, cela fera 2 semaines que tu le seras administrativement!
C’est ce splendide non sens légal qu’a réussi à faire passer le gouverneur Jan Brewer dans le seul but de rendre l’avortement plus complexe dans son état…
Les femmes ayant alors moins de temps pour choisir ce dernier…
Je cite :

States have an obligation to hold those on public assistance accountable for their actions. Receiving a public benefit is a privilege, not a right. The debate on drug testing welfare recipients is simply about the responsible use of tax dollars.

la conne extremiste

‘Pregnancy Begins 2 Weeks Before Conception’ Now The Law In Arizona | The New Civil Rights Movement.

Où est il?

Où est voter curseur? Il est là… Au bout du doigt

Pointer Pointer by @StudioMoniker.

Danse endiablée

Punk is not dead!

Jeux olympiques et censure

Les jeux olypiques sont finis, on peut à nouveau manger ce que l’on veux, s’habiller comme l’on veut, utiliser les mots olympique et 2012 dans une même phrase ou faire un lien négatif vers le site des JO…

Pour défendre ses marques et ses droits d’auteur, mais aussi être en mesure de garantir de réelles exclusivités à ses généreux sponsors comme Coca-Cola, Mac Donald’s, Adidas, BP Oil ou Samsung, le CIO a obtenu du Parlement anglais le vote en 2006 d’un Olympics Game Act, qui lui confère des pouvoirs exorbitants. L’Olympics Delivery Authority dispose ainsi d’une armada de 280 agents pour faire appliquer la réglementation en matière de commerce autour des 28 sites où se dérouleront les épreuves et le LOCOG (London Organizing Committee) dispose de son côté d’une escouade de protection des marques, qui arpentera les rues de Londres revêtue de casquettes violettes pour s’assurer du respect de l’Olympics Brand Policy. Ils auront le pouvoir d’entrer dans les commerces, mais aussi dans les “locaux privés”, et de saisir la justice par le biais de procédures d’exception accélérées pour faire appliquer des amendes allant jusqu’à 31 000 livres…

Jeux olympiques

Les règles des jeux dicteront également aux spectateurs jusqu’à ce qu’ils doivent manger. Impossible par exemple d’échapper aux frites de Mac Donald’s dans les lieux où se dérouleront les épreuves, ce dernier ayant obtenu une exclusivité sur ce plat, sauf comme accompagnement du plat national des fish’n chips pour lequel une exception a été accordée ! La propriété intellectuelle dictera également la manière de s’habiller, les autorités olympiques ayant indiqué qu’on pouvait tolérer que les spectateurs portent des Nikes alors qu’Adidas est sponsor officiel, mais pas qu’ils revêtent des T-Shirts Pepsi, dans la mesure où c’est Coca-Cola qui a payé pour être à l’affiche ! Pas le droit non plus d’apporter des routeurs 3G ou wifi sous peine de confiscation : British Telecom a décroché une exclusivité sur l’accès wifi et les spectateurs devront payer (mais uniquement par carte Visa, sponsor oblige !).

Comment la propriété intellectuelle a transformé les Jeux olympiques en cauchemar cyberpunk | :: S.I.Lex ::.

A Mash-up I used to know

Gotye – Somebodies: A YouTube Orchestra – YouTube.

Sans commentaire

Je cite : « les enfants sont des publicités ambulantes de vous »

 

This? No. Hell no. No no no.

No. No no no. No no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no no. NO NO NO NO! No. No no. No no no no no no. No. No no no no no no no no no no no no no no no no no no.

Some will spend $795 on Gucci backpacks or $1,090 on leopard print puffy coats from Lanvin.

Sasha Charnin Morrison, fashion director at Us Weekly, admits that some of the clothes are outrageously prices. But, she says, things like $200 Gucci sneakers make her kids happy.

« They’re a walking billboard of you. They’re a reflection of who you are, so if you are someone highly stylized, then you want to make sure your kids are the best-dressed kids out there, » she says.

No no no no no no no no no. No. No no no no no no no no no. Fuck you.