l’architecture de la densitée

Des photos étourdissante de Michael Wolf présentées dans le cadre du prix Pictet… (no photoshop)

One of the most densely populated metropolitan areas in the world, Hong Kong has an overall density of nearly 6,700 people per square kilometer. The majority of its citizens live in flats in high-rise buildings, whoses units can house as many as 10,000 people. In Architecture of Density, I investigates these enormous city blocks, finding a mesmerizing abstraction in the buildings’ facades. The structures in the series are photographed without reference to the context of sky or ground, and many buildings are seen in a state of repair or construction: their walls covered with a grid of scaffolding or the soft colored curtains that protect the streets below from falling debris. From a distance, such elements become a part of an intricate design. Upon closer inspection of each photograph, the anonymous public face of the city is full of rewarding detail – public space is private space, large swatches of color give way to smaller pieces of people’s lives. The trappings of the people are still visible here: their days inform the detail of these buildings. Bits of laundry and hanging plants pepper the tiny rectangles of windows- the only irregularities in this orderly design. The images of Architecture of Density give one an inkling of what our cities could look like if grown continues unchecked.

Prix Pictet – Shortlist 2010 – Michael Wolf – aod 39

Apple et Cinéma

Apple gagne le prix 2010 du placement de produit au cinéma de brandchannel.com pour une présence dans 30% des films n°1 au box office américain. Le prix du plus de pub dans un seul film va a Iron Man avec 64 placements!!! Sera t-il battu par Transformers 3 qui se présente comme le défi de 2011? Announcing the Brandcameo Product Placement Award Winners

Internet plus cher que l’avion au canada…

Au Canada, il est apparemment moins cher de s’envoyer un disque dur par avion que de payer un abonnement internet à débit équivalent… En France, le même tarif s’applique au données mobiles via 3G : Une clé USB de 2 Go vaut 10€, le cout d’un envoi à travers la France en colissimo 48h est de 5,27€ soit un cout de 15,27€… Mon abonnement est plus cher :/ stop the meter internet usage based billing in canadaInternet now only for rich people! – BOOOOOOOM! – CREATE * INSPIRE * COMMUNITY * ART * DESIGN * MUSIC * FILM * PHOTO * PROJECTS

Mais que fait Hadopi?

Le futur du Peer to peer : des clés USB anonymes et publiques. Déposez ou télécharger librement leur contenu. œuvres participative car l’on est invité à installer ces "dead drops" dans les murs de nos cités…Dead Drops | Un-cloud your files in cement! ‘Dead Drops’ is an anonymous, offline, peer to peer file-sharing network in public space.

Jetables ou réutilisables?

Controverse des sacs réutilisables: nuisances ou solutions?


Dans le Journal de Montréal, une série d’articles s’attaquant aux sacs réutilisables a été publié récemment.

1. Réutilisables, mais pas recyclables (30 janvier)
2. Des sacs en partie toxiques (31 janvier)
3. Les bactéries dans vos sacs (1er févier)

Ces textes ont le mérite de faire la lumière sur un sujet qui, jusqu’ici, semblait être une solution incontestable.

On peut apprend donc que les centres de tri doivent systématiquement détourner vers les sites d’enfouissement les sacs réutilisables arrivés en fin de vie parce qu’ils sont conçus avec des matériaux difficilement séparables (tissus, plastiques, oeillets métalliques, coutures, etc.).

Une analyse d’une vingtaine de sacs différents révèle aussi que le quart contient du plomb dans la peinture en quantité qui pourrait être jugée toxique. De plus, on apprenait que la majorité des sacs analysés contenaient un niveau élevé de bactéries, «assez pour rendre potentiellement quelqu’un malade», selon un chercheur.

Devant ces informations, on peut se demander si les sacs réutilisables sont plutôt une nuisance ou une solution?

L’ACV des sacs de caisse

En 2004, une analyse du cycle de vie comparative des sacs de plastisques et des sacs réutilisables, commandée par l’ADEME, a été réalisée en France.

La principale conclusion? Le facteur le plus significatif pour réduire l’impact environnemental est le nombre de fois que le sac est réutilisé. Ainsi, pour être supérieur au sac jetable, le sac en plastique (PE) réutilisable doit servir au moins 4 fois. Dans le cas où les sacs jetables étaient auparavant réutilisés comme sacs poubelles, le sac réutilisable demeure une meilleure alternative si l’on s’en sert 7 fois ou plus (malgré le fait d’acheter des sacs en plastique pour compenser).

Intéressant, non?

Mieux encore, la question de la fin de vie est également abordée dans cette étude exhaustive et révisée par un comité d’experts indépendants. Ainsi, les auteurs évaluent le scénario où tous les sacs réutilisables sont jetés en fin de vie. Résultat: pas grand changement. Il faut encore se servir du sac au moins 4 fois pour qu’il soit une meilleure alternative! Bref, pas de quoi alerter toute la population.

En revanche, le Journal de Montréal n’a pas pris en compte les risques plus élevés d’abandon des sacs en plastique jetables, qui se retrouvent davantage dans les rues, les cours d’eau, etc.

Parmi les conclusions, on apprend aussi que le transport des sacs a un impact négligeable. Par conséquent, le fait qu’ils sont fabriqués en Asie n’est pas un critère déterminant. La question de la toxicité n’est pas abordée. On peut se douter que le risque n’est cependant pas réservé aux sacs réutilisables. Les sacs jetables contiennent eux aussi des peintures, mais aucun n’a été testé par le laboratoire du Journal de Montréal.

Comment faire mieux?

Le Journal a toutefois démontré qu’il était possible de faire mieux.

D’une part, je serai curieux de savoir le nombre de fois moyen qu’un sac réutilisable est réellement réutilisé. D’autre part, il serait temps d’écoconcevoir ces sacs pour éviter le mélange des matériaux et faciliter le recyclage. Les solutions existent, mais un effort devra être fait de la part des détaillants.

En réponse à la question lancée par Jean-Claude Cousineau sur son blogue (est-ce mieux d’utiliser des sacs pendant 5 ans et de les jeter ou prendre 350 sacs jetables par année?), la réponse apportée par l’étude de l’ADEME est catégorique: le sac réutilisable est la meilleure option sur le plan environnemental, et de loin.

Reste la question des bactéries qui est, à mon avis, inquiètante. En ce sens, il me semble que les sacs en tissu sont plus facilement lavables, mais plus difficilement recyclables. Ce n’est pas faute d’usines de recyclage au Québec, mais bien par manque d’accès à cette filière pour le consommateur moyen. À l’image des programmes de reprise de peinture et de piles, les détaillants pourraient offrir à leurs clients de reprendre les vieux sacs, voire en profiter pour offrir un rabais sur leur remplacement. Chose certaine, il faudra faire mieux pour sensibiliser les gens à l’importance de bien les laver.

Comme dans tout processus de changement, l’introduction des sacs réutilisables requiert une période d’apprentissage. Le recyclage, bien qu’imparfait de la manière dont il est effectué actuellement, est une solution incontournable dans toute démarche de développement durable. Ce que cette série d’articles confirme, c’est qu’il sera nécessaire de créer des produits de meilleure qualité (plus durables), qui se recyclent perpétuellement en boucle fermée, et que les consommateurs doivent apprendre à laver et à réutiliser le plus souvent possible leurs sacs de caisse.

La prochaine évolution industrielle: Controverse des sacs réutilisables: nuisances ou solutions?

Design responsable : visualiser sa consommation

Excellent design qui montre à l’utilisateur sa consommation réelle d’eau et l’incite à la limiter à un litre. Simple, génial. 1 Liter Limit: Water-Saver Faucet Strictly Rations then Refills | Designs & Ideas on Dornob

Spécial Zazanne Club

I Believe in Advertising | ONLY SELECTED ADVERTISING | Advertising Blog & Community » LAV: Tiger

une journée de rêve?

Le cauchemar :
Les plus tatillons noteront que le passage Colgate aurait du avoir lieu après le moment van houten, bonne maman.

Les marques font partie intégrantede nos vies. Mais on ne se doute pasà quel point…Chaque jour nous utilisons, achetons, mangeons des dizaines de marques.On dit même que l’on est exposés à environ 1500 marques par jour.

Il est l'heure de se lever
SONY - NRJ - LOTUS
FA - COLGATE - NIVEA - BOURJOIS
ROUGEGORGE - PIMKIE - CONVERSE - AGATHA
LACTEL - VANHOUTEN - BONNE MAMAN - HARRYS
FIAT - SNCF - METRO
PARKER - MOLESKINE - APPLE - GOOGLE
FRUIT&FORM - CHIQUITA
SUSHISHOP - EVIAN - KUSMI
LAFAYETTE - FNAC
BLACKBERRY - LOTUS - BEGHINSAY
SNCF - COSMOPOLITAIN - FIAT
DECATHLON - NIKE - CONTREX
SFR - FACEBOOK - TWITTER
BONDUELLE - MAC CAIN - DANONE - COCA-COLA
SAMSUNG - FRANCE2 - DVD - MGM
DEMAK'UP - NIVEA - COLGATE
DUNLOPILLO - QUIES

La Pause Design 43 – Au rythme des marques

Tags: ,

un rapide résumé du placement publicitaire dans les film

Le top reste le placement publicitaire régionalisé de demolition man…

Super Bowl + réalisteur culte

QUe donnerait le super bowl vu par des réalisateur cultes?
Peut être:

Pour Tarentino, cela manque de dialogue interminables!

Video games vs. Real life…

Schadenfreude Dog 

Schadenfreude Dog | Flickr – Photo Sharing!

Bowl Trailer

Si il est vrai que les films de super héros ne sont pas légion dans le cinéma (si, si, comptez les…) ils occupent dernièrement le haut du pavé de la visibilité médiatique : (IMDB)